Une armure antivirale efficace grâce à la micronutrition chez l’adulte

Une armure antivirale efficace grâce à la micronutrition chez l’adulte

25 octobre 2020 Non Par David Kerhoas

Depuis mars 2020, les informations concernant le Covid19 abondent. Elle sont souvent anxiogènes, et pas toujours fiables. 

Voicice que je connais de meilleur en thérapie complémentaire afin de vous aider à mieux vivre cette période, à vous protéger et à protéger vos proches.

Cet article est basé sur des sources scientifiques actuelles ou de référence. Les informations qu’il contient sont malheureusement peu diffusées.

Il existe deux types de réponses inadaptées à une infection virale  :

  • Les patients affaiblis, immunodéprimés, carencés en nutriments indispensables à une réponse immunitaire optimale => risque de réponse immunitaire inefficace,
  • Les patients ayant un environnement pro-inflammatoire et dont la réponse sera exagérée, créant des dommages collatéraux majeurs=> risque de réponse immunitaire exagérée.

 

Que faire ?

1. Un apport en oméga 3 optimal

Nutrition :
→ 2 à 3 portions de petits poissons gras par semaine soit 360 à 480 g/semaine.
OU suppléments alimentaires :
→ 1g d’EPA/DHA à chacun des 3 repas principaux, chez ceux qui ne mangent pas beaucoup de petits poissons gras.
→ Possibilité de monter jusqu’à 5g d’EPA DHA /j si bien toléré et pas de traitement anti-coagulant.

Modulation of host defense against bacterial and viral infection by omega 3 polyunsatured fatty acids. J. Infect 2016. Husson and all.

 

2. Un taux de zinc « normal haut »

Aliments les plus riches en zinc :
→ Huîtres, germe de blé, foie de veau bio, bœufs, shiitakés, graines de courge, crabe.
OU suppléments alimentaires :
→ 3x20mg/j en dehors des repas pendant quelques semaines.

Modulation of host defense against bacterial and viral infection by omega 3 polyunsatured fatty acids. J. Infect 2016. Husson and all.

 

3. Un taux de sélénium « normal haut »

Nutrition :
 2-3 noix du Brésil/j (pas plus).
OU suppléments alimentaires :
 55µg/j en dehors des repas.

Nutritional formula enhanced immune fonction and reduced days of symptoms of upper respiratory tract infections in seniors. J Am GeriatrSoc. 2004. Langkamp-Henken B

 

4. Un taux optimal de cuivre

Nutrition :
→ 15g de chocolat noir 70% (de qualité) /j, ou 3 portions de lentilles/semaine.
Eviter les suppléments alimentaires en cuivre.

Copper and immunity. Am J Clin Nutr. 1998. Percival SS.

 

5. Un taux de vitamine D entre 60 et 80ng/ml

La vitamine D augmente et tempère la réaction immunitaire ! Elle est très protectrice du risque de détresse respiratoire possible chez les personnes infectées par le Covid19.
Supplémentation idéale :
→ 4000UI/j chez l’adulte (Académie de Médecine).
→ V. CASTRONOVO favorable à 9000UI/J.

Attention à ne pas surdoser. Si vous avez consommé Uvedose récemment, cette supplémentation est contre-indiquée.

http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2017/01/tap-1011-1015.pdf

Regulation of Immune Fonction by Vitamin D and its Use in Diseases of Immunity. Endocrinol Metab Clin North Am. 2017. Vanherwegen and al.
Vitamin D and Respiratory Tract Infections : A systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. Bergman and al.
Epidemic influenza and vitamin D. Atascadero State Hospital. Cannell and al.
Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory infections : individual participant data meta-analysis. Health Technology Assessment. 2019.

 

6. Un taux optimal de vitamine A

Cofacteur de la vit D et modulatrice de la réponse immunitaire !
Nutrition :
→ Produits animaux (huile de foie de morue, viande et abats, poisson) ou provitamine A de la carotte ou de la patate douce non pelée (attention en cas de troubles digestifs la conversion en vit A est faible).

The pleiotropic role of vitamin A in regulating mucosal immunity. Asian Pac Allergy Immunol. 2015. Sirisinha.

 

7. Une supplémentation en glutamine

 3x1g /j 10 min avant le repas en préventif.
 3x3g /j avant le repas si infecté.

Glutamine and leucine provide enhanced protective immunity against mucosal infection with herpes simplex virus type 1. Immune Netw. 2012.Uyangga and al.
Glutamine Metabolism and its Role in Immunity, a Comprehensive Review. Animals. 2020. Shah and al.

 

8. Un taux de glutathion « normal haut »

Le glutathion MODULE l’inflammation respiratoire et protège donc de la détresse respiratoire !

La N-AcétylCystéine (NAC) son précurseur, favorise les échanges gazeux et offre une protection contre la détresse respiratoire.

→ 3x500mg de NAC/j en dehors des repas.
 3x1g /j en dehors des repas si signes d’infection.

Influenza A virus replication is dependant on an antipxidant pathway that involves GSH and Bcl-2. FASEB J. 2003. Nencioni and al.
Role of glutathione in immunity and inflammation in the lung. Int J Gen Med. 2011. Ghezzi.

 

9. Un taux de vitamine E « normal haut »

Nutrition :
→ Huiles vierges bio pressées à froid (colza, olive, huile de germe de blé…), amandes, noisettes.

The Rôle of Vitamin E in Immunity. Nutrients. 2018. Lee and al.

 

10. Combattre la dysbiose de putréfaction (déséquilibre de la flore intestinale)

→ Plus délicat à mettre en place sans conseil individualisé, mais il peut être opportun de se supplémenter en probiotiques orientés « immunité ».

Déjà des études sur l’aspect protecteur de certains probiotiques face au Covid19 !
Role of the intestinal microbiota in the immunomodulation of influenza virus infection. Microbes Infect. 2017. Chen and al.
Probiotic effects on cold and influenza-like symptom incidence and duration in children. Pediatrics. 2009. Leyer and al.
Enhancement of immunity in the elderly by dietary supplementation with the probiotic Bifidobacterium lactis HN 109. Am J Clin Nutr. 2001. Harsharnjit and al.
Management of corona virus disease-19 (COVID-19): the Zhejiang experience.  Zhejiang Da Xue Xue Bao Yi Xue Ban. 2020. Xu K et al.
Potential interventions for novel coronavirus in China : a systematic review. J Med Virol. 2020. Zhang and al.

Source : Ph.D. et M.D. Vincent CASTRONOVO (Webinar du 25/03/20).

 

Attention à ne pas reproduire tels quels ces conseils micronutritionnels chez les personnes sensibles : enfants, femmes enceintes ou allaitantes, personnes âgées ou personnes souffrant de maladies chroniques (asthme, BPCO, etc.). Pour ces profils particuliers, faites vous conseiller.

Ma double casquette d’infirmier me fait penser à vous rappeler un des gestes barrières particulièrement important :

  • Ne pas se toucher le visage après un contact avec une surface à risque (emballage alimentaire non désinfecté, terminal de paiement, métro, etc). Lavez-vous les mains au préalable avec du savon ou du gel hydro-alcoolique. En l’absence de lavage des mains approprié, vous risquez d’amener le virus présent sur vos doigts vers une porte d’entrée (yeux, nez, bouche), et de vous contaminer.